(514) 352-6263

LA VACCINATION ET VOTRE CHAT

Panleucopénie infectieuse du chat ( parvovirose, distemper du chat)

La panleucopénie est une maladie virale potentiellement mortelle qui cause des vomissements, de la diarrhée, une déshydratation grave, de la fièvre et une mort soudaine. Les chatons nés d’une mère infectée peuvent souffrir de lésions cérébrales permanentes. Les jeunes chats semblent plus vulnérables au parvovirus. Cette maladie est facilement prévenue par la vaccination, qui est considérée très efficace.

Le virus est très résistant dans l’environnement et peut demeurer infectieux pendant longtemps, contaminant les chenils, les bols de nourriture, les litières et autres surfaces. La vaccination représente la seule façon de protéger votre chat, car l’exposition au virus est très probable, même pour les chats d’intérieur. Les humains peuvent propager le virus dans une maison par les chaussures ou les mains et les pensions, les concours ou les déplacements peuvent accroître le risque de contact. Une injection ou des gouttes intranasales peuvent être utilisées pour vacciner les chats et les chatons.

 

Rhinotrachéite féline ( virus herpès de type 1) et infections à calicivirus

Ces organismes infectent les voies respiratoires des chats, causant des écoulements des yeux et du nez, des éternuements, des ulcères buccaux et, parfois, une perte d’appétit. Bien que le vaccin ne prévienne pas entièrement l’infection, il peut en réduire considérablement la gravité. La propagation s’effectue habituellement  par le contact entre chats, des particules aérosol provenant des chats qui éternuent et des surfaces infectées.

Parfois, les calicivirus  peuvent se propager et causer l’arthrite et d’autres conséquences graves.Chez certains chats,ces affections peuvent se développer pendant des périodes de stress. Un chat déjà rétabli pourra manifester des symptômes et transmettre le virus à d’autres chats. Les chatons à risque élevé peuvent être vaccinés tôt contre ces agents et tous les chats devraient recevoir les vaccins contre ces infections. Des signes cliniques légers peuvent être observés après le vaccin. Communiquez avec nous si vous avez des inquiétudes.

 

Rage

Tous les mammifères, y compris les humains, courent un risque de contracter la rage, presque toujours mortelles. Les animaux infectés peuvent être atteints de la forme paralytique qui se manifeste par l’abattement, la faiblesse et la paralysie ou de la forme furieuse qui se caractérise par une agression anormale. Dans certaines régions du Canada où le risque est élevé, la vaccination des chats est obligatoire. Les chats peuvent sembler amicaux, s’approcher d’une personne, puis réagir violemment et mordre lorsqu’on les flatte.

La recherche montre que les animaux porteurs de la rage peuvent éliminer le virus ( et infecter les personnes) avant que les symptômes  ne soient évidents, c’est pourquoi il ne faut jamais s’approcher d’un animal errant! Des données récentes montrent que les chats ont maintenant dépassé les chiens comme les porteurs les plus probables de la rage…soyez donc méfiants et ne manipulez pas des chats morts, malades ou féraux. Une fois que les personnes ou les animaux contractent cette maladie, elles est mortelle, à moins de n’avoir reçu une vaccination efficace.

Les vaccins récents possèdent une formulation sûre et sont spécialement conçus pour nos félins. Même les chats d’intérieur devraient recevoir ce vaccin, car ils peuvent s’évader et des animaux sauvages pourront pénétrer dans la maison à votre insu ( chauves-souris, moufettes, ratons-laveurs).

 

Vaccins facultatif pour les chats

Virus de la leucémie féline

Ce virus cause de multiples affections allant de tumeurs, comme la leucémie, à la destruction de moelle osseuse, et il peut aussi provoquer une perte de poids, des infections chroniques et l’anémie, même si certains chats infectés peuvent ne pas manifester de symptômes pendant plusieurs années. La transmission se fait facilement via les bols de nourriture et d’eau, la salive, l’écoulement nasal, mère chat, selles, urine et contact, peu importe. Si les chatons sont exposés ( particulièrement les jeunes chatons de moins de 16 semaines), ils contracteront la maladie ! Les vaccins contre la leucémie sont utilisés dans des situations où le chat vit avec un chat infecté, participe à des concours, voyage beaucoup, sort dehors, ou fait partie d’une maison avec plusieurs chats, comme une pension ou un refuge pour chats, où il peut être exposé à des chats dont on  ne connaît pas le statut par rapport au virus.

Même si le vaccin peut ne pas offrir de protection à tous les chats, ceux qui sortent dehors ou sont exposés à des chats infectés devraient bénéficier de la vaccination. Idéalement, on devrait isoler le chat des chats infectés. Tous les chats doivent  être testés avant de commencer le programme de vaccination.

 

VIF ( sida félin, virus de l’immunodéficience féline)

Les chats sont souvent affectés par le VIF s’ils sont mordus par un chat infecté. D’autres modes de transmission existent aussi. Ce virus a des liens avec le virus humain du sida (VIH) mais l’infection croisée entre les espèces ne se produit pas. La fonction du système immunitaire des chats atteints du VIF ralentit lentement et ils développent une panoplie d’infections chroniques. Les maladies dentaires, les affections cutanées et beaucoup d’autres problèmes de santé pourront se produire. De nombreux chats peuvent ne manifester des symptômes qu’à un stade avancé de la maladie ou ne jamais en présenter. Cela signifie que les chats peuvent vivre une vie remplie ou développer des problèmes au fil des ans. Comme avec le sida humain, il n’existe aucun traitement de guérison et la meilleure mesure consiste donc à prévenir l’exposition aux chats infectés. Le vaccin représente un effort de soutien. Si un chat sort dehors et se bat, ou s’il entre en contact avec des chatons dont le statut VIF est inconnu, le vaccin aidera vraiment à combattre l’infection, mais ne le protégera pas entièrement contre la maladie.

Il est vraiment important de connaître le statut VIF des chats car cela aidera votre vétérinaire à gérer les problèmes de santé plus efficacement. Par exemple,les chatons positif pour le VIF exigent des traitements plus longs et plus agressifs pour combattre les infections, en raison de leur anomalie immunitaire.

 

FOIRE AUX QUESTIONS

Comment les vaccins sont-ils administrés?

La plupart des vaccins sont injectés par voie sous-cutanée ou dans un muscle. Certains vaccins sont administrés sous forme de gouttes nasales.

 

De quels vaccins mon chat a-t-il besoin ?

Même si certains vaccins (vaccins de base) sont recommandés pour tous les chats, votre vétérinaire peut vous aider à choisir ceux dont votre chat a besoin selon les risques auxquels il est exposé. Il faut notamment  tenir compte du nombre d’animaux dans la maison, des contacts avec d’autres animaux familiers ou sauvages, de l’âge et de l’état de santé du chat, des voyages qu’il fera et de l’hébergement en pension.

Il est d’ailleurs important de réévaluer les besoins avec votre vétérinaire si la situation de votre animal de compagnie change.

 

À quelle fréquence mon chat doit-il être vacciné?

Votre vétérinaire peut vous aider à établir un protocole de vaccination qui conviendra aux besoins de votre chat. En général, tous les chatons reçoivent une série de vaccins pendant les premiers mois de leur vie, et le premier rappel 1 an plus tard. La durée de l’immunité procurée aux chats par les vaccins varie grandement entre les différentes maladies et les vaccins et elle fait actuellement l’objet de recherches et de débats intenses au sein de la profession vétérinaire et les protocoles actuels pourraient changer. Il semble nécessaire d’adapter le protocole de vaccination à chaque chat.

Peu importe le protocole de vaccination choisi, l’Association canadienne des médecins vétérinaires ( ACMV) recommande un examen physique annuel comme point de départ pour les soins préventifs de votre chat et un examen deux fois par année pour le chat âgé. Les chats vieillissent beaucoup plus vite que les humains et un examen régulier permettra à votre vétérinaire de dépister et de traiter les maladies telles que les affections dentaires, le diabète, les troubles cardiaques et l’insuffisance rénale, qui peuvent se manifester avec l’âge. Plusieurs races peuvent être prédisposées à certains problèmes de santé, même en bas âge. De plus, une visite annuelle vous donne l’occasion de discuter d’autres sujets comme le comportement, la nutrition, le contrôle des parasites et les soins de votre animal de compagnie.

 

Les vaccins sont-ils sécuritaires?

Bien que les vaccins doivent faire l’objet d’essais d’innocuité avant d’être homologués au Canada et qu’ils soient  considérés très sécuritaires, ils peuvent toujours provoquer des réactions chez un petit nombre d’animaux familiers. Souvent, les chats sont léthargiques ou fiévreux 24 à 48 heures après la vaccination et pourront ne pas manger. Chez certains chats, une petite bosse indolore pourra se former au site d’injection du vaccin et disparaîtra habituellement 4 semaines plus tard. Rarement, un chat peut présenter une enflure faciale ou une réaction allergique grave ( anaphylaxie), accompagnée de vomissements, de diarrhée, de difficultés respiratoires et de collapsus. Des démangeaisons faciales intenses peuvent aussi se produire.

 

Existe-t-il des solutions de rechange à la vaccination?

Non. Malgré les risques occasionnels associés à l’immunisation, il est universellement reconnu que la vaccination joue un rôle important pour protéger les animaux de compagnie.

 

Quel est l’avenir de la vaccination des animaux de compagnie?

Les vaccins continueront de jouer un rôle très important pour la protection des animaux de compagnie contre les maladies graves. Les nouvelles technologies peuvent offrir des formes de protection plus sûres et plus efficaces ainsi que des nouveaux vaccins contre les maladies émergentes chez les animaux familiers. La recherche actuelle sur la durée de l’immunité et les effets secondaires des vaccins aideront à mettre au point la meilleure protection possible pour les chats au Canada. Les chats non vaccinés présentent aussi un risque pour la population féline, en servant de source d’infection pour les autres chats, y compris les jeunes chatons. Il ne faut donc pas oublier que la vaccination ne protège pas seulement votre chat !